page en cours

 

Nous étions si fatigué de cette première journée, où nous nous étions levés avant l'aube, que nous avons décidé de nous octroyer une grâce matinée bien méritée. Du coup nous démarrons les véhicules dès 9h00. 

 

La mécanique bien qu'âgée de notre Liliane ne se laisse pas impressionner par la longue distance (1200 km) qui sépare San Sébastian de Tarifa.

 

L'Espagne et son fameux soleil sont au rendez-vous. Les paysages défilent au fil des kilomètres, mais bientôt La Liliane commence à avoir ses vapeurs. Le moteur chauffe, dans les longues montées et la présence du ventilateur rajouté devant le radiateur ni change rien. Nous mettons le chauffage à fond dans l'habitacle pour le soulager, mais à part le fait que nous suons à grosses gouttes, Liliane continue de suffoquer.

 

Finalement, vers 14h, du côté de Salamenca nous nous arrêtons avec une partie des membres de notre convoi (102, 104, 188 et nous) au pied d’un « Restaurante » pour une pause bien méritée. Nous en profitons pour jeter un œil dans le moteur de la Liliane…Toujours ce problème de fuite de liquide de refroidissement. Heureusement que nous pouvons compter sur les autres équipages car assurement nous n'y connaissons rien en mécanique. Il va vraiment falloir s'y mettre.

 

Pendant que nous sommes la tête sous le capot, d’autres préfèrent plonger dans les plats familiaux et les terrines maison...ou délirer ! Il est vrai que le soleil tape déjà bien en cette saison. Cette pose va finalement durer plus que prévue et 1h30 plus tard nous revoilà sur l'asphalte.

 

 (sous réserve)

Il faut croire que nous sommes maso car nous décidons de pousser le plus loin possible et c'est finalement à 3h du matin que nous arrêtons à Cáceres ???.

 

Encore une journée riche en émotion de passée. Il nous reste encore quelques centaines de kilomètes pour rejoindre le camping Valdevaqueros où nous passerons notre dernière nuit en Europe.

Demain nous attaquerons le sud de l'Espagne et l'Andalousie. Oui, demain il fera jour !